Une étude sur les limites à ne pas dépasser en terme de collecte de données

Les cabinets de conseil et d'audit KPMG/3Gem ont réalisé une étude sur la sensibilité des utilisateurs vis à vis de la collecte de leurs données personnelles. Intitulée « Crossing the line - Staying on the right side of consumer privacy », elle a mobilisé 6 900 consommateurs de 24 pays différents, dont 200 français. Elle révèle que 56% du panel se sent préoccupé ou très inquiet de la manière dont les entreprises emploient les données personnelles. On y découvre par exemple des statistiques intéressantes sur la forte confiance attribuée à certains acteurs: banques (41%), prestataires de soins (30%), forces de l'ordre (36%) ou administrations publiques (33%). Une autre partie de l'étude s'intéresse également à l'acceptabilité de la publicité ciblée, la collecte de données énergétique, la télématique automobile ou des services de VTCs géolocalisés par les utilisateurs.

55 % des consommateurs dans le monde estiment ainsi qu'une application de suivi de la forme produisant des rapports constitue, par nature, une atteinte à la vie privée. 82 % ne souhaiteraient pas voir cédées leurs données personnelles à des tiers, même en échange de services supplémentaires. Cependant, 57 % apprécient l'idée qu'un fournisseur d'énergie puisse optimiser la facture en fonction des données de consommation réelle. Et 78 % approuvent l'idée que des services d'urgence puissent traquer leurs véhicules afin de faciliter les secours. (source)

Twitter Facebook

A chaque donnée sa valeur selon les marketeurs

La société Aimia a publié les résultats d'une étude sur le data-driven marketing et la fidélité des clients auprès de 15000 consommateurs dans 9 pays. Intitulée "Love me, love my data", l'enquête met l'accent sur la perception de la valeur des données personnelles selon la nationalité ou l'âge des utilisateurs. Elle reflète également l'acceptation croissante d'un processus de marchandisation où la gratuité d'un service ou la qualité d'une expérience nécessite de renoncer à une partie de sa vie privée. On regrettera qu'aucune critique ou alternative à ce paradigme ne soit évoquée dans l'étude.

Customers understand the principle of sharing data in exchange for value. But as we can see from the range of values given, consumers have massively different views on its value. For marketers, this poses a significant challenge in how you treat each customer and recognize their differences. Now, companies must understand what customers want in exchange for their data. They need to create a personal experience and show customers they have used their data to make their lives easier. (source)

Twitter Facebook