Une bande dessinée sur le big data

Le Monde propose la lecture des 30 premières pages de la bande dessinée "Dans l’ombre de la peur, le big data et nous" (à paraître le 14 mars aux éditions Çà et Là) de Josh Neufeld et Michael Keller, spécialiste des médias. Ces derniers ont interviewé des chercheurs, des universitaires et des hommes politiques sur la collecte de données personnelles, qu'ils retranscrivent avec humour et pédagogie dans leurs planches. Bref, une bd-reportage à acheter les yeux fermés, qui permettra au néophytes de comprendre les enjeux actuels de l'économie de la donnée.

Les utilisateurs de réseaux sociaux, téléphones portables, et de nombreux sites internet sont désormais fichés et suivis à la trace par des entreprises privées qui amassent des quantités phénoménales d’informations personnelles. Facebook, Google, Apple et consorts peuvent ainsi établir des profils très détaillés pour anticiper les besoins des leurs utilisateurs et adapter leurs politiques commerciales en fonction des comportements de chacun, mais cela va aller encore plus loin... (source)

Twitter Facebook

Une étude sur les limites à ne pas dépasser en terme de collecte de données

Les cabinets de conseil et d'audit KPMG/3Gem ont réalisé une étude sur la sensibilité des utilisateurs vis à vis de la collecte de leurs données personnelles. Intitulée « Crossing the line - Staying on the right side of consumer privacy », elle a mobilisé 6 900 consommateurs de 24 pays différents, dont 200 français. Elle révèle que 56% du panel se sent préoccupé ou très inquiet de la manière dont les entreprises emploient les données personnelles. On y découvre par exemple des statistiques intéressantes sur la forte confiance attribuée à certains acteurs: banques (41%), prestataires de soins (30%), forces de l'ordre (36%) ou administrations publiques (33%). Une autre partie de l'étude s'intéresse également à l'acceptabilité de la publicité ciblée, la collecte de données énergétique, la télématique automobile ou des services de VTCs géolocalisés par les utilisateurs.

55 % des consommateurs dans le monde estiment ainsi qu'une application de suivi de la forme produisant des rapports constitue, par nature, une atteinte à la vie privée. 82 % ne souhaiteraient pas voir cédées leurs données personnelles à des tiers, même en échange de services supplémentaires. Cependant, 57 % apprécient l'idée qu'un fournisseur d'énergie puisse optimiser la facture en fonction des données de consommation réelle. Et 78 % approuvent l'idée que des services d'urgence puissent traquer leurs véhicules afin de faciliter les secours. (source)

Twitter Facebook

A chaque donnée sa valeur selon les marketeurs

La société Aimia a publié les résultats d'une étude sur le data-driven marketing et la fidélité des clients auprès de 15000 consommateurs dans 9 pays. Intitulée "Love me, love my data", l'enquête met l'accent sur la perception de la valeur des données personnelles selon la nationalité ou l'âge des utilisateurs. Elle reflète également l'acceptation croissante d'un processus de marchandisation où la gratuité d'un service ou la qualité d'une expérience nécessite de renoncer à une partie de sa vie privée. On regrettera qu'aucune critique ou alternative à ce paradigme ne soit évoquée dans l'étude.

Customers understand the principle of sharing data in exchange for value. But as we can see from the range of values given, consumers have massively different views on its value. For marketers, this poses a significant challenge in how you treat each customer and recognize their differences. Now, companies must understand what customers want in exchange for their data. They need to create a personal experience and show customers they have used their data to make their lives easier. (source)

Twitter Facebook

Privacy International s'attaque au lobby des rencontres

L'association anglaise Privacy International lance une page bidon pour dénoncer la collecte massive de données personnelles par les sites de rencontre et le monopole du groupe IAC. Ce dernier détient en effet plus de 45 services ou applications permettant de trouver l'amour, dont les célèbres Tinder, Meetic, Ok cupid ou Match. Privacy International met notamment l'accent sur les conditions d'utilisation de ces sites, qui autorisent le partage de données avec des sites similaires ou des acteurs tiers.

When you sign up to a dating site you are entrusting that company with very personal, sensitive information about your love life. This includes your tastes, interests, passions, political views and sexual preferences. What many users are unaware of is that many of the best known dating websites are all part of a larger group. (source)

Twitter Facebook

Ce que Vizio faisait derrière l'écran

La Federal Trade Commission a condamné le fabricant de téléviseur Vizio à une amende de 2,2 millions de dollars pour avoir collecté et revendu des données relatives aux habitudes de visionnage de ses utilisateurs. Depuis 2014, Vizio collectait toutes les secondes un ensemble de pixels permettant d'identifier les programmes en cours ainsi que les données transmises par les fournisseurs de télévision par Internet ou câble.

Vizio put its tracking functionality behind a setting called “Smart Interactivity.” (.. which) didn’t even provide the promised “program offers and suggestions.”. (source)

Twitter Facebook